Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.


Le sachez-tu ?
Le début de la saga Metal Gear est un véritable bazar pour le néophyte. Aujourd’hui, parlons de Snake’s Revenge, la fausse suite de Metal Gear sorti sur Nes en avril 1990 aux États-Unis et en 1992 (!) en Europe.

Metal Gear est un jeu d’infiltration créé par Hideo Kojima pour l’ordinateur MSX en 1987. Aussi fou que cela puisse paraître, l’histoire de Solid Snake aurait dû s’arrêter ici ! Kojima n’ayant pas prévu de suite, a enchaîné avec un jeu complètement différent, Snatchers. Sauf que…

Metal Gear a été adapté sur Nes par Konami et disons-le, c’est une version « du pauvre » ayant bien du mal à retranscrire les sensations du jeu originel. Trois mois auront été alloués aux développeurs pour réaliser ce portage et cela se sent, malheureusement. Hideo Kojima, n’ayant pas participé à ce projet, a désavoué cette version.

C’est ici qu’il faut commencer à bien suivre. Konami, heureux des résultats commerciaux de Metal Gear sur Nes, demande à ses équipes d’en développer une suite ! Et une fois de plus sans Hideo Kojima qui est toujours sur Snatchers. C’est alors que débarque « Snake’s Revenge », une vraie-fausse suite de Metal Gear sur Nes.

Alors, une seule question, est-ce que Snake’s Revenge est un bon Metal Gear, voire un bon jeu ? La réponse peut surprendre, mais il est… Plutôt correct. Sans Kojima, sans trop respecter le premier épisode non plus, les développeurs du titre vont proposer un Metal Gear très porté sur l’action et les explosions pour un résultat détonnant, à mille lieues du jeu originel. Tout cela à la demande de Konami qui voulait un titre visant le marché américain.

Autre anecdote assez drôle, Hideo Kojima n’était pas au courant du développement de cette « suite » pendant un long moment ! Un programmeur de Snake’s Revenge a pensé que c’était judicieux d’au moins le prévenir que Metal Gear aurait une suite. Snatchers étant terminé, Kojima décida de ne pas laisser les choses ainsi et se met en tête de développer sa propre suite de son côté, Metal Gear 2 : Solid Snake sur Msx 2 !

Mais qu’a bien pu penser Hideo Kojima de Snake’s Revenge ? Qu’il était fidèle au concept de Metal Gear, mais que c’était… Un jeu merdique. Bon, il se reprendra plus tard en avouant que ce n’était pas du tout un mauvais jeu, au contraire. Rappelez-vous. Metal Gear n’aurait jamais dû avoir de suite. Si Metal Gear 2 : Solid Snake existe, c’est en partie à cause de Snake’s Revenge.

En voyant la fin de Metal Gear 2 : Solid Snake, pas de doute, Hideo Kojima en avait fini avec sa série, c’est une évidence. Il a clôturé tous les arcs narratifs, mis Solid Snake en retraite forcée en Alaska, le dossier était clos. De cette manière, même s’il n’y a aucune preuve, l’on peut voir ici une manœuvre du game designer pour empêcher Konami de toucher une fois de plus à son œuvre.

Pourquoi, un jour, le célèbre game designer a rouvert son dossier pour créer Metal Gear Solid bien des années plus tard ? Ça, c’est une autre longue histoire…


Le sachez-tu ?
Le début de la saga Metal Gear est un véritable bazar pour le néophyte. Aujourd’hui, parlons de Snake’s Revenge, la fausse suite de Metal Gear sorti sur Nes en avril 1990 aux États-Unis et en 1992 (!) en Europe.

Metal Gear est un jeu d’infiltration créé par Hideo Kojima pour l’ordinateur MSX en 1987. Aussi fou que cela puisse paraître, l’histoire de Solid Snake aurait dû s’arrêter ici ! Kojima n’ayant pas prévu de suite, a enchaîné avec un jeu complètement différent, Snatchers. Sauf que…

Metal Gear a été adapté sur Nes par Konami et disons-le, c’est une version « du pauvre » ayant bien du mal à retranscrire les sensations du jeu originel. Trois mois auront été alloués aux développeurs pour réaliser ce portage et cela se sent, malheureusement. Hideo Kojima, n’ayant pas participé à ce projet, a désavoué cette version.

C’est ici qu’il faut commencer à bien suivre. Konami, heureux des résultats commerciaux de Metal Gear sur Nes, demande à ses équipes d’en développer une suite ! Et une fois de plus sans Hideo Kojima qui est toujours sur Snatchers. C’est alors que débarque « Snake’s Revenge », une vraie-fausse suite de Metal Gear sur Nes.

Alors, une seule question, est-ce que Snake’s Revenge est un bon Metal Gear, voire un bon jeu ? La réponse peut surprendre, mais il est… Plutôt correct. Sans Kojima, sans trop respecter le premier épisode non plus, les développeurs du titre vont proposer un Metal Gear très porté sur l’action et les explosions pour un résultat détonnant, à mille lieues du jeu originel. Tout cela à la demande de Konami qui voulait un titre visant le marché américain.

Autre anecdote assez drôle, Hideo Kojima n’était pas au courant du développement de cette « suite » pendant un long moment ! Un programmeur de Snake’s Revenge a pensé que c’était judicieux d’au moins le prévenir que Metal Gear aurait une suite. Snatchers étant terminé, Kojima décida de ne pas laisser les choses ainsi et se met en tête de développer sa propre suite de son côté, Metal Gear 2 : Solid Snake sur Msx 2 !

Mais qu’a bien pu penser Hideo Kojima de Snake’s Revenge ? Qu’il était fidèle au concept de Metal Gear, mais que c’était… Un jeu merdique. Bon, il se reprendra plus tard en avouant que ce n’était pas du tout un mauvais jeu, au contraire. Rappelez-vous. Metal Gear n’aurait jamais dû avoir de suite. Si Metal Gear 2 : Solid Snake existe, c’est en partie à cause de Snake’s Revenge.

En voyant la fin de Metal Gear 2 : Solid Snake, pas de doute, Hideo Kojima en avait fini avec sa série, c’est une évidence. Il a clôturé tous les arcs narratifs, mis Solid Snake en retraite forcée en Alaska, le dossier était clos. De cette manière, même s’il n’y a aucune preuve, l’on peut voir ici une manœuvre du game designer pour empêcher Konami de toucher une fois de plus à son œuvre.

Pourquoi, un jour, le célèbre game designer a rouvert son dossier pour créer Metal Gear Solid bien des années plus tard ? Ça, c’est une autre longue histoire…


Source

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.